Le Dragon de Komodo est endémique de cinq îles du sud-est de l'Indonésie. Quatre de ces îles, Komodo, Rinca, Nusa Kode et Gili Motang, font partie du Parc National de Komodo.

Une espèce en sursis

Jusqu'au début des années 70, les dragons de Komodo étaient présents sur les côtes nord et nord-est de l'île de Florès. Depuis, la densité de leur population a diminué, principalement à cause de l'expansion des communautés humaines et du déboisement forestier pour la culture sur brûlis. Sur Florès, le dragon de Komodo est aujourd'hui principalement observé au sein des aires protégées de Wae Wuul et Wolo Tado.

Récemment, les scientifiques ont recensé une population de dragons de Komodo au niveau de la partie occidentale de l'île, environ vingt fois moins importante que celle enregistrée dans le Parc National de Komodo. La protection de la réserve de Wae Wuul reste donc d'une importance primordiale pour contenir l'expansion humaine et protéger l'habitat naturel des dragons de Komodo subsistant sur cette île.

Des actions de protection

En 2007, l'ONG Survival Program (KSP) a été créée, entraînant la signature d'un protocole d'accord d'une durée de 5 ans avec le Bureau Central indonésien pour la Conservation des Ressources Naturelles. L'établissement de cet accord représente un accomplissement important pour KSP, qui peut ainsi agir en tant que consultant et superviseur de la protection de l'habitat des dragons de Komodo dans la partie occidentale de l'île de Florès et, particulièrement, dans la réserve naturelle de Wae Wuul.

Depuis 2009, et grâce au soutien financier des membres de l'EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums) participant au Programme d'Élevage Européen (EEP) du dragon de Komodo, un recensement annuel basé sur un principe de "capture, marquage, libération" a été amorcé, en collaboration avec les autorités indonésiennes. Cette action a permis d'évaluer la densité de la population et son évolution dans la réserve de Wae Wuul, au-delà des limites du Parc National de Komodo.

Notre partenaire