Originaire d’Australie, le koala vit principalement dans les forêts d’eucalyptus, parfaitement adapté à un mode de vie arboricole. Peu étendue en parc zoologique, la population européenne de koalas est attentivement suivie par le zoo de San Diego, aux États-Unis.

Une espèce en sursis

Au début du XXème siècle, le commerce de sa fourrure mène le koala au bord de l'extinction. Dès 1860, 10 000 à 30 000 peaux de koalas étaient exportées vers l'Europe chaque année. En 1924, l'Australie enregistra le triste record de 2 millions de peaux exportées ! Il faut attendre 1930 pour que l'espèce soit enfin protégée et que ce commerce devienne illégal.

Aujourd'hui, bien que le koala ne soit pas une espèce menacée, son avenir est tout de même incertain à cause du développement des activités humaines telles que l'agriculture et la construction de zones urbaines. Actuellement, plus de 80 % de l'habitat naturel des koalas ont disparu, les 20 % restants n'étant pas protégés.

D'autres menaces pèsent sur les koalas :

  • - 4 000 koalas périssent chaque année suite à des collisions routières.
  • - Ils sont des proies faciles pour les prédateurs domestiques tels que chiens et chats.
  • - Des centaines d'entre eux meurent chaque année dans les flammes des incendies qui ravagent les forêts d'eucalyptus.

Des actions de protection

Avec le soutien de l’association Beauval Nature, le Zoo de San Diego a développé un programme de conservation et de recherche sur les koalas. Son principal site d'étude se situe à Saint Bees Island, dans le Queensland. Ce programme a pour objectif l'étude des comportements des koalas dans la nature ainsi que dans les parcs zoologiques, leur répartition dans le milieu naturel et le développement de certaines maladies (dysplasies de la hanche et de l'épaule, maladies métaboliques des os…).

Depuis l'arrivée d’un groupe de koalas à Beauval en 2002, de nombreux petits sont nés : une excellente nouvelle pour la pérennité de l’espèce !

Notre partenaire