Avec sa superficie de 590 000 km2, Madagascar reste un haut lieu de la biodiversité mondiale, composé de nombreux milieux différents : forêts humides, forêts sèches, zones arides... Cette grande variété d'habitats est à l'origine de sa diversité faunistique et floristique. 75 % des espèces animales et végétales répertoriées à Madagascar sont endémiques de l’île.

Des espèces en sursis

Des espèces en sursis

Si les lémuriens représentent des figures emblématiques de la faune malgache, ils n’en sont pas moins menacés par la régression du couvert forestier et la fragmentation des habitats, de réelles menaces pour la biodiversité de l’île. 90 % des forêts originelles ont disparu ; or, certaines espèces animales, dont les lémuriens, dépendent entièrement de ces forêts.

Les principales causes de la déforestation sont la culture sur brûlis, qui permet de fertiliser les sols, et les feux de brousse, qui occasionnent de nouvelles pousses d’herbe pour le pâturage des troupeaux de zébus. Ces feux ne sont cependant pas sans conséquences sur les forêts voisines.

Des actions de protection

Des actions concrètes de conservation in-situ et ex-situ ont été mises en place afin de préserver la biodiversité malgache. Dans ce cadre, un lien est établi entre l'aide au développement pour les habitants et la protection de la nature. Ce rapport immédiat entre amélioration des conditions de vie des populations locales et préservation des milieux naturels reste primordial. L'AEECL (Association pour l'Étude et la Conservation des Lémuriens) regroupe de nombreux parcs zoologiques et institutions scientifiques. Elle a pour objectif de faire progresser la conservation des lémuriens par le biais de la recherche scientifique, la reproduction en parc zoologique et la protection des habitats naturels. Cette association travaille notamment à la protection du lémur aux yeux turquoise et au classement de son milieu de vie en zone protégée.

La protection de l’habitat du lémurien aux yeux turquoise, classé "Vulnérable" selon la Liste Rouge de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), bénéficie à toutes les espèces partageant le même habitat. En ce sens, l’association Beauval Nature se joint aux efforts de création d'une réserve protégée.

Notre partenaire