Dernier primate africain présent au nord du Sahara, le magot ou macaque de Barbarie reste la seule espèce de singe à se reproduire en Europe (détroit de Gibraltar) et le seul membre du genre macaca à se trouver en-dehors du continent asiatique.

Une espèce en sursis

Estimée à 17 000 individus en 1975, la population totale de magots est aujourd'hui évaluée à 15 000 individus, dont 200 vivent au niveau du détroit de Gibraltar. Classée espèce "En danger" par l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), le magot est menacé par la perte de son habitat, due à une exploitation forestière intensive et au défrichement des terres pour l'agriculture et le pâturage. À cela s'ajoute une persécution de la part des populations locales et le commerce illégal pour le marché des Nouveaux Animaux de Compagnie, plus de 300 jeunes magots étant capturés chaque année dans la nature, puis revendus.

Des actions de protection

Soutenue par l'association Beauval Nature, l'association Barbary Macaque Awareness & Conservation (BMAC) étudie la relation entre les populations locales et les magots dans la région pastorale de Bouhachem, au nord du Maroc, où la coexistence entre l'homme et ces primates reste délicate. Les actions de sensibilisation menées sur place ont permis de faire évoluer la perception de l'animal par l'homme, des bergers étant aujourd'hui chargés de localiser des populations de magots et d'assurer leur suivi.

Plusieurs programmes de sensibilisation ont été mis en place, notamment dans les écoles. En 2 ans, les équipes de BMAC se sont déjà rendues dans 18 écoles afin de faire prendre conscience aux jeunes générations de l'intérêt de protéger les magots et les forêts où ils vivent. L'association organise de nombreux évènements sportifs et culturels, tels des tournois de football ou des expositions, permettant de délivrer un message fort pour la conservation des magots. La construction d'un centre de conservation et d'éducation est en cours. Cet ambitieux projet vise à dispenser une formation pratique à la population locale sur les premiers secours aux personnes et aux animaux ou, par exemple, la gestion de coopératives, nécessaires au développement économique local.

Notre partenaire