Endémique de la forêt atlantique primaire du sud-est du Brésil, le ouistiti oreillard exhibe un pelage unique en son genre : le noir du pourtour de sa tête contraste avec sa face et ses toupets auriculaires clairs, ainsi que sa couronne de couleur fauve.

Une espèce en sursis

Le ouistiti oreillard est classé espèce "En danger de disparition" par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). La forêt dans laquelle il évolue reste l’une des plus touchées par les activités humaines (urbanisation, agriculture, industrialisation…), ce qui accroît considérablement les pressions existant sur son habitat, déjà fragmenté.

Une autre menace pesant sur le ouistiti oreillard est l’introduction dans son aire de répartition d’autres espèces de ouistitis, tels que le ouistiti à toupets blancs ou le ouistiti à pinceaux noirs, ordinairement présents dans des zones de distribution différentes. Opérées par l’homme, ces implantations augmentent la compétition pour les ressources alimentaires disponibles.

Un phénomène d’hybridation entre les espèces introduites et le ouistiti oreillard diminue par ailleurs sensiblement les effectifs de ce dernier dans sa région d’origine, accentuant le caractère urgent de sa préservation.

Des actions de protection

Initié par l’institut brésilien Instituto Biomas et par le TAG (Taxon Advisory Group) des Callitrichidés de l’EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquarium), le projet de conservation soutenu par Beauval Nature vise à effectuer un recensement des populations de ouistitis oreillards afin d’estimer leur densité au sein de la Réserve Biologique de Tinguá, haut lieu défini pour leur protection.

En parallèle, une étude est menée sur les ouistitis à toupets blancs et à pinceaux noirs, principales espèces envahissant l’habitat du ouistiti oreillard et se reproduisant avec celui-ci, menaçant sa survie. À long terme, ce travail permettra de définir les outils nécessaires à la gestion des espèces invasives, favorisant ainsi la mise en œuvre d’une action dirigée vers un programme de réintroduction et/ou de supplémentation de la population de ouistitis oreillards, à l’aide d’animaux élevés en captivité.

Notre partenaire

Instituto Biomas