Également nommé "petit panda", le panda roux revêt un pelage qui lui vaut le surnom de "renard de feu" en Chine. Ses oreilles pointues, son museau, ses joues, le contour de ses yeux ainsi que sa queue annelée sont marqués de blanc.

Une espèce en sursis

Le panda roux est classé comme espèce "Vulnérable" par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), de nombreuses menaces pesant sur lui, telle que l’expansion de l’agriculture et la dégradation de son habitat, due aux feux forestiers notamment.

Abritant 25% de la population mondiale de pandas roux, la région népalaise de Panchthar-Ilam-Taplejung (PIT) représente une zone prioritaire pour la conservation de l’espèce.

Des actions de protection

Soutenue par les acteurs du Programme Européen d’Élevage (EEP) des pandas roux, l’Organisation Non Gouvernementale Red Panda Network a élaboré un projet de conservation communautaire dans le cadre duquel 42 gardes forestiers népalais, issus des communautés locales, se sont engagés.

Outre un travail de recensement et de suivi des populations de pandas roux, ces derniers organisent une lutte permanente contre les feux de forêt et mettent en place des animations pédagogiques auprès des populations locales. Véritables ambassadeurs de la conservation des pandas roux, ces sentinelles assurent un important relais d’information auprès de leurs communautés d’origine, qui se voient sensibilisées à la cause de l’espèce.

En 2014, 30 parcs zoologiques européens, dont le ZooParc de Beauval via son association Beauval Nature, ont accepté de contribuer financièrement à ce programme de conservation, ce qui a permis le recrutement de 4 gardes forestiers supplémentaires.

Notre partenaire