Plus grande zone Natura 2000 française, la Sologne abrite de nombreuses espèces d'amphibiens, parmi lesquelles le pélobate brun. De sa répartition géographique à son identité génétique, les connaissances sur cet animal restent limitées.

Une espèce en sursis

Classé "En danger critique d'extinction" sur la Liste Rouge des espèces d'amphibiens de la Région Centre, le pélobate brun a vu ses effectifs diminuer rapidement ces dernières années, notamment à cause de l'assèchement des zones humides, la pollution et l'introduction d'espèces exotiques envahissantes.

En région Centre, l'espèce reste rare et très localisée. Seule une petite population isolée subsistait encore dans le département de l'Indre jusque récemment, lorsqu'une seconde fut découverte dans le Loiret, en secteur ligérien (bords de Loire). Cela fait d'elle la seconde population viable connue en Région Centre et la première en termes d'effectifs. Cette découverte laisse penser que d’autres populations peuvent exister dans des départements voisins, comme le Loir-et-Cher.

Des actions de protection

En collaboration avec le CDPNE (Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l'Environnement) et la DREAL Centre (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement), l’association Beauval Nature finance un programme de conservation du pélobate brun en Région Centre. L'enjeu principal du projet consiste à identifier, dans le Loir-et-Cher, les secteurs favorables à l'installation de l'espèce pour pouvoir ensuite la préserver. Un travail cartographique permet de déterminer ces zones, puis une phase de terrain vient confirmer ou non la présence du pélobate brun dans le département. Dans la mesure où une population est localisée, il devient envisageable de sensibiliser les acteurs locaux (propriétaires, exploitants, élus...) à la protection de l'espèce.

Des études récentes ont montré que les populations de l'Indre et du Loiret étaient génétiquement identiques à celles localisées en Alsace et en Lorraine, appartenant donc de la même espèce. Des études complémentaires permettront de déterminer si la population détectée dans le Loiret est génétiquement viable, en raison de ses effectifs insuffisants, la diversité génétique entrant directement en ligne de compte dans la capacité d'une espèce à s'adapter aux changements environnementaux.

Dans un futur que les partenaires de ce programme espèrent proche, différentes actions favorisant le maintien, voire le développement des populations de pélobates bruns, seront évaluées :

  • - Entretien des sites favorables à l'espèce
  • - Aménagement de nouveaux sites
  • - Évaluation et modification si nécessaire des pratiques humaines effectuées en périphérie des sites aquatiques
  • - Mise en place de mesures agro-environnementales dans un rayon de 2 km autour de ces sites.

Nos partenaires