En coopération avec l'association DECAN basée à Djibouti, le ZooParc de Beauval a initié sur place un ambitieux programme de conservation, de développement durable et d'éducation à la conservation. Nom de code… PICODE !

Nommé PICODE, ou Programme Intégré de Conservation pour le Développement, ce programme vise le développement économique, culturel et social des populations humaines et la conservation du très riche patrimoine biologique de Djibouti. Il lie fortement conservation et développement.

Il s'agit d'une action pilote visant à restaurer le patrimoine faunistique et historique de la République de Djibouti pour en faire un levier de conservation et de restauration de la biodiversité du pays, au bénéfice premier de ses habitants.

Au sein du refuge DECAN, véritable sanctuaire de la vie sauvage s’étendant sur 30 ha, un centre pédagogique, principalement financé par l’association Beauval Nature, a été construit. Il permet d'accueillir des écoles ainsi que des chercheurs locaux et internationaux, pour mener des projets de conservation sur la vie sauvage.

Un réseau d'éco-gardes a parallèlement été mis en place et deux aires protégées ont été inaugurées ; l'une à Djalelo pour les gazelles girafes, l'autre à Addaoua-Bouralé pour les antilopes Beira.

Le succès de ce programme a enthousiasmé les représentants de Beauval Nature, tout comme le gouvernement et les autorités locales. En conséquence, le gouvernement de Djibouti a décidé d'attribuer à DECAN 600 hectares supplémentaires de terrain pour continuer à développer ses projets et la gestion de la réserve marine faisant face au refuge DECAN.

En 2012, à l'initiative de Beauval Nature, une réunion pour la conservation de la faune terrestre djboutienne a été organisée sur place. Cette réunion a regroupé les principales institutions et acteurs de la conservation tels que l'IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), le CBSG (Conservation Breeding Specialist Group), l'EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums), le gouvernement djiboutien et les différentes associations de protection travaillant à Djibouti telles que DECAN et TER_RES. Cette réunion visait à coordonner et intégrer les efforts de chacun, de façon à obtenir une reconnaissance et une validation des programmes en cours par les instances internationales liées à la conservation. Un plan d'action a été établi concernant certaines espèces phares de Djibouti, telles que le requin baleine ou l'âne de Somalie.

Opération "Back to Africa" !

Dans le cadre du programme mené à Djibouti, Beauval a organisé la réintroduction de plusieurs spécimens d'espèces autochtones qui avaient disparu de ce pays depuis longtemps ou y étaient devenus très rares. Ainsi, en 2009, un premier groupe d’animaux originaire de Beauval a été réimplanté sur le territoire djiboutien, au sein du refuge DECAN :

  • - 7 ânes de Somalie ; espèce classée en "danger critique d'extinction" par l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), disparue de Djibouti
  • - 2 zèbres de Grévy ; espèce disparue de Djibouti depuis 100 ans
  • - 2 oryx Beisa ; espèce existante à Djibouti mais en très faible effectif.

D’autres animaux ont rejoint le refuge en 2015, venant ainsi renforcer les effectifs sur place :

  • - 3 zèbres de Grévy du zoo de Port Lympne (Angleterre)
  • - 2 mâles oryx Beisa des Zoos de la Palmyre et de Prague (République Tchèque)
  • - 2 femelles oryx Beisa du ZooParc de Beauval, en partenariat avec le zoo de Montpellier

Nos partenaires