Dernier grand mammifère herbivore découvert, le saola n’a jusqu’alors jamais été observé vivant par des scientifiques. Cette difficulté d’observation renforce le caractère mythique conféré à l’espèce.

Une espèce en sursis

Les dernières estimations indiquent qu'il subsisterait moins de 750 saolas au sein des montagnes du Vietnam et du Laos. L’espèce est classée "En danger critique d'extinction" par l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Bien que le saola souffre de la dégradation de son habitat, due à l'exploitation forestière et à l'agriculture, la principale menace l’affectant reste la chasse, très répandue au sein de son aire de répartition (subsistance du marché de la viande de brousse). Entre 1995 et 2003, 30 saolas auraient été abattus au sein de la réserve naturelle de Pu Huong, au Vietnam. Bien qu'il ne soit pas utilisé dans la médecine traditionnelle asiatique, le saola pâtit de cette pratique car il est souvent piégé accidentellement à la place d'autres petits ongulés, eux-mêmes chassés pour alimenter la pharmacopée locale.

Des actions de protection

Devant la nécessité d'une action urgente, ciblée et coordonnée pour sauver le saola de l'extinction, la SSC (Species Survival Commission), commission détachée par l'UICN, a créé en 2006 un Groupe de Travail dédié au saola. Soutenu par l'association Beauval Nature, ce groupe lève des financements, identifie les actions prioritaires pour la conservation du saola et collabore avec différents partenaires pour la mise en œuvre d’actions de terrain et le suivi de leurs résultats.

Le projet de conservation du saola vise plusieurs objectifs :

  • - le suivi de la chasse au Vietnam et le développement de méthodes de surveillance des populations de saolas
  • - l'évaluation de la taille et de la distribution de ces populations afin de délimiter des zones protégées bénéfiques aux saolas et aux autres espèces évoluant dans son environnement
  • - la sensibilisation des populations locales à la protection du saola
  • - l’augmentation du nombre de patrouilles avec l’aide des populations locales.

Un projet de télémétrie est également prévu dans le cadre de ce programme, le suivi d’individus équipés d'émetteurs permettant d'acquérir des connaissances sur l'écologie et la biologie de l'espèce. Ce type de suivi permet également de collecter des échantillons biologiques (prises de sang par exemple).

Notre partenaire