Comme la majorité des Callithricidés, les tamarins pinchés utilisent un système de défense du territoire sophistiqué : au moindre danger perceptible, ils alertent leurs congénères par des vocalises, différentes selon la provenance de l’intrus (ciel, arbres ou sol). Un territoire toutefois de plus en plus réduit…

Une espèce en sursis

Classés "En danger critique d'extinction" par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), les tamarins pinchés font partie des 25 espèces de primates les plus menacées au monde.

Présents seulement sur niveau d'une petite zone de la Colombie, en Amérique du Sud, les tamarins pinchés sont victimes de la perte de leur habitat et de leur capture, en grand nombre par le passé, pour le commerce des animaux de compagnie et les laboratoires. Il ne subsisterait que 6 000 individus dans la nature, 98 % du territoire de ce primate ayant disparu. Chaque institution hébergeant des tamarins pinchés ex-situ (hors environnement naturel) joue un rôle crucial dans la conservation de l'espèce, en préservant les forêts abritant des tamarins pinchés et en sensibilisant le grand public à la nécessité de ce type d'action.

Des actions de protection

Soutenue par l’association Beauval Nature, Proyecto Titi est une ONG colombienne qui œuvre pour la sauvegarde des tamarins pinchés, en étudiant leur comportement et leur écologie en milieu naturel, ainsi qu'en protégeant et restaurant leur habitat, y compris à travers l'achat de terrains. Le Cotton-Top Tamarin Conservation Club (CTTCC) a été créé dans le but de donner la possibilité à toutes les institutions présentant des tamarins pinchés de devenir des acteurs essentiels pour la conservation de l'espèce dans son habitat naturel, en finançant les activités de Proyecto Titi. Dans ce cadre, Beauval Nature a décidé de se joindre au CTTCC et de contribuer ainsi à préserver un primate en voie de disparition.

Notre partenaire